Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 12:34

 

  10 fd86a76222ff7745c427b7871b157ad4

 

 

  Visite d'un lieu rare hors du temps :

 

LE MUSEE MARIO PRAZ, PALAZZO PRIMOLI, A ROME

 

 

La Maison-musée de Mario Praz (1896-1982) appartient à la Galerie nationale d'art moderne de Rome, elle a ouvert ses portes au public en 1995. Ce musée se situe au Palais Primoli près de la Piazza Navona, au 1 via Zanardelli.

 

Catégorie de musée peu courante en Italie, cette maison-musée se présente comme une véritable habitation privée maintenue en état après la disparition de son propriétaire, le célèbre spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d'œuvres d'art et d'objets décoratifs du XIXème siècle, Mario Praz.

  

Ce lieu hors du temps regorge de petits trésors néo-classiques et romantiques du début du XIXème siècle : mobilier, bronzes, tableaux, dessins, miniatures, porcelaines, sculptures... 

 

 

 

img1

 

 

Palazzo%20Primoli%20-%20facciata%201

 

 

museo mario praz 6

 

 

museo mario praz 7

 

 

img444

 

 

mario praz 3

 

 

i 1

 

  i 2

 

  

MUSEO%20MARIO%20PRAZ

 

 

Corbis-LX005481

 

 

i 9

 

 

museo mario praz 4

 

 

i 5

 

 

Corbis-LX005484

 

 

Corbis-LX005483

 

 

i 7

 

 

5851748565 6e11946c69

 

 

museo mario praz 11

 

 

i 6

 

 

i 8

 

 

5852297360 bb690a2bd4 z

 

 

casa-museo-mario-praz

 

 

museo mario praz 2

 

 

cache cache 194d8721736f745d388d69d112de08bc d7b0af4060a8e6

 

 

cache cache 194d8721736f745d388d69d112de08bc 386dde994b59b3

 

 

museo mario praz 8

 

 

 

i 4

 

 

museo mario praz 10

 

 

Corbis-LX005476

 

 

cache cache 194d8721736f745d388d69d112de08bc 576278b5d99545

 

 

Quelques aquarelles d'intérieurs conservées au Musée Mario Praz

 

1267008828b

 

 

1305300304b

 

 

cache cache 194d8721736f745d388d69d112de08bc 7571a0d4bc03f9

 

 

Repost 0
Published by haute.decoration - dans décors historiques
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 08:55

 

Montgeoffroy%2020210%20Nicolay%20Neil%20044

 

 

Visite du château de Montgeoffroy dans le village de Mazé, entre Angers et Saumur, en Val de Loire

 

Montgeoffroy se situe dans la vallée de l'Authion, sur une hauteur boisée qui domine le village de Mazé. Ce bel édifice de plan régulier (un corps de bâtiment imposant raccordé à deux grandes ailes en équerre par des pavillons en terrasse) fut édifié au 18ème siècle pour le maréchal de Contades.  L’ancien château appartenait au XIIIeme siècle à Geoffroy de Chateaubriand, ancêtre de l’écrivain, puis à la famille de La Grandière. Le domaine est vendu en 1676 à Erasme de Contades, un aristocrate dont la famille d’origine méridionale s’installa en Anjou. En 1770, son petit fils, le Marquis Louis Georges Erasme de Contades, maréchal de France, débute la reconstruction du château. Il fait détruire le château précédent dont on conserve les deux tours, les douves ainsi que la chapelle qui date de 1543.

Les bâtiments sont l'oeuvre d'un architecte parisien Nicolas Barré qui construit en trois ans cette demeure aux lignes sobres. Le choix du site, la majesté du cadre, la façade blanche surmontée par de hauts toits d'ardoise rythmés de cheminées de brique rose, transformèrent une ancienne habitation seigneuriale en chef-d'oeuvre de l'architecture française du XVIIIème siècle.

Nicolas Barré a privilégié la perspective frontale du château. Un axe principal traverse une avant-cour rectangulaire puis une cour d'honneur en demi-lune bordée par les douves de l'ancien château. En allant vers le logis la cour se resserre, les deux tours rondes conservées du château primitif étant plus écartées que les deux ailes proches du logis.

Demeuré depuis les années 1770 la propriété de la famille Contades, le domaine a miraculeusement traversé la Révolution française en conservant ses communs, ses bâtiments agricoles, sa chapelle et les fabriques du parc. Montgeoffroy doit à cette circonstance d'avoir conservé ses archives et son mobilier d'origine, signé de Gourdin, Garnier et Durand, et de beaux tableaux de Rigaud, Drouais, Pourbus le Jeune, Van Loo, Desportes. L'ensemble est un modèle de proportion et d'harmonie. Chaque meuble, chaque toile, occupe la place pour laquelle il a été conçu. Les tapisseries, et les tentures aux dessins et aux teintes magnifiques semblent dater d'hier.


Les inventaires et les tissus d’origine ont été le point de départ d’un formidable travail de restitution des textiles mené par l'actuelle marquise de Contades avec la maison Braquenié, le fournisseur du château depuis 1824. « Il est basé sur des perses (ou indiennes) XVIIIe », explique Anne-Marie de Contades.

À côté des soieries et tissages Jacquard ornant les pièces de réception sur cour, les toiles imprimées à motifs fleuris et décors d’arabesques végétales habillent à nouveau la salle à manger et la plupart des chambres du premier étage : murs, rideaux, sièges et lits d’époque, à baldaquin ou à la duchesse…

 

Le château, ses communs, la chapelle et les deux pavillons d'entrée, l'esplanade, les douves et la cour d'honneur au sud du château ainsi que les façades et les toitures des deux pavillons du jardin ont été classés par arrêté du 8 octobre 1984.

 

Le château est ouvert au public. 

 

http://www.chateaudemontgeoffroy.com/

 

Bonne Visite ! 

 

 

image211 thumb

 

 

facade%205

 

 

SANY1646

 

 

chateau-de-montgeoffroy

 

 

image24 thumb

 

 

montgeoffroy 0870

 

 

CIMG0017

 

 

chateau-de-montgeoffroy h

 

 

chateau 024

 

 

fauteils%20moissac%20066

 

 

chateau 022

 

 

montgeoffroy 6026

 

 

image1 thumb

 

 

image13 thumb

 

 

image19 thumb

 

 

4efa02af458eabca1e7989e643c7b65a

 

 

image16 thumb

 

 

image39 thumb[1]

 

 

image54 thumb

 

 

image thumb[2]

 

 

image36[1]

 

 

fauteils%20moissac%20030

 

 

image33 thumb

 

 

fauteils%20moissac%20048

 

 

fauteils%20moissac%20027

 

 

512-en-petit

 

 

image30 thumb

 

 

image45[1]

 

 

fauteils%20moissac%20053

 

 

image42 thumb

 

 

La-cuisine-du-chateau-de-Montgeoffroy

 

 

image48 thumb

 

 

fauteils%20moissac%20043

 

 

image63 thumb

 

 

montgeoffroy%20011

 

 

image60 thumb

 

 

232

 

 

300

 

 

365

 

 

167

 

 

image thumb[13]

 

 

Nicolay%20Monde%20de%20l'art%2044 3

 

 

Le-chateau-de-Montgeoffroy

 

 

image1511

 

 

 

Repost 0
Published by haute.decoration - dans décors historiques
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 15:38

 

 Swizz June 2010 007

 

Visite du château de Coppet au bord du lac Léman

 

Résidence du ministre Jacques Necker et de Madame de Stael

 

la construction du château remonterait à l'époque de Pierre de Savoie, mort en 1268. Elle se serait achevée sous l'un de ses successeurs, les Villars. Dès 1300, le terme de "castellum" ou bourg fortifié apparaît dans les documents de l'époque. Le château avec son donjon dominait les maisons groupées près du lac. Après les Villars, Humbert d'Allamand, puis Othon de Grandson le poète chevalier, habitèrent Coppet.

Au cours des luttes qui opposèrent les Vaudois aux Bernois, ceux-ci s'emparèrent du château et l'incendièrent en partie. Après sa reconstruction, il fut propriété des seigneurs de Viry, du connétable de Lesdiguières, puis de la puissante famille des princes de Dohna, gouverneurs de la ville d'Orange en France. Ce sont eux, puis leur successeurs, les Hogguer, qui ont donné au château son aspect actuel, entre les années 1680 et 1730 environ.

La renommée du château de Coppet commence en 1784, année de son achat par Jacques Necker, d'origine genevoise, mais ayant fait une magnifique carrière à Paris, où il finit par être choisi par le roi de France Louis XVI pour être son ministre des finances.

Depuis cette époque la maison est restée entre les mains de ses descendants, au premier rang desquels figure sa célèbre fille, Madame de Staël. Après son fils aîné, Auguste, mort jeune, et sa veuve, le château est passé en 1878 entre les mains de la famille d'Haussonville, et l'actuel propriétaire représente la huitième génération depuis Necker et le dixième propriétaire depuis 1784.

Coppet est la seule demeure de la région lémanique encore en mains privées, ayant conservé tous ses meubles, objets d'art, tableaux et souvenirs de famille. Ce n'est pas un musée mais une propriété familiale ouverte au public qui appréciera d'oublier notre époque pendant une heure pour découvrir l'atmosphère des XVIIIème et XIXème siècles.

 

girodet-de-roussy-trioson-anne-louis-portrait-of-madame-de-

Germaine de Stael par François Gérard

 

 

Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein

(1766-1817)

  

Fille du banquier genevois Jacques Necker, (plus tard ministre des finances du roi de France Louis XVI), et de la Vaudoise Suzanne Curchod, elle est élevée dans un milieu d'intellectuels nantis, qui fréquentent notamment le salon de sa mère (Buffon, Marmontel, Grimm, Edward Gibbon, l'abbé Raynal et Jean-François de La Harpe).

 

Elle épouse en 1786 le baron Erik Magnus de Staël-Holstein (1749-1802), ambassadeur de Suède auprès de la cour de France à Versailles, son aîné de dix-sept ans. Le couple se sépara en 1800.

 

Devenue baronne de Staël, elle mène une vie sentimentale agitée, et entretient en particulier une relation orageuse avec Benjamin Constant, écrivain et homme politique franco-suisse, rencontré en 1794.



Elle est surtout connue pour avoir popularisé en France les œuvres romantiques des auteurs de langue germanique, jusqu'alors relativement méconnues.



Chassée de France par Napoléon Bonaparte qui la considère comme une redoutable intrigante, elle s'installe en Suisse dans le château familial de Coppet qui sert de lieu principal de rencontres au groupe du même nom, et d'où elle fait paraître Delphine (1802), Corinne ou l'Italie (1807) et De l'Allemagne (1810/1813).

 

Veuve en 1802, elle se remarie en 1811 avec un jeune officier genevois, Albert de Rocca, et rouvre son salon parisien à la faveur de la Restauration de la maison de Bourbon. Elle meurt en 1817 peu de temps après l'attaque de paralysie qui la terrasse durant un bal que donnait le duc Decazes, laissant inachevées ses Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, ouvrage posthume publié en 1818.

 

   

Le-Chateau-de-Madame-de-Stael

 

  

HPIM0011

 

 

686177180 e168f2f7aa z

 

 

686182436 90e77ba359 z

 

Le Vestibule

 

La visite commence par le vestibule aux vastes proportions. Une statue en pied de Necker semble accueillir les visiteurs: elle est en marbre de Carrare, datée de 1817, par le sculpteur allemand Tieck à la demande de Mme de Staël dont on connaît l'admiration passionnée pour son père. Le ministre est drapé dans une toge à l'antique.

 

Le grand escalier simple et majestueux est dominé par un grand portrait du roi Louis XVI en costume de sacre, Louis XVI qui nomma le propriétaire des lieux Jacques Necker ministre des Finances.

 

685315067 f69ee618e2

 

 

Vestibule

 

 

Escalier

 

 

louis

 

 

 La Salle à Manger d'Eté :

 

Au mur est accrochée une des très rares séries complètes des précieuse gravures exécutées en France sous le règne de Louis XV, à la demande de l'empereur Kien Long, retraçant la victoire de cet empereur de Chine sur ses ennemis mongols. Les différentes scènes d'abord peintes par des jésuites en poste à Pékin furent ensuite redessinées et gravées par des artistes français célèbres tels que Saint-Aubin, Moreau le Jeune, etc. Il s'agit de la seule série complète qui soit conservée à plat dans ses cadres d'origine.

La table en acajou, d'époque XVIIIème comme les sièges, supporte en son centre un surtout en bronze doré qui fut celui de Mme de Staël.

 

Salle-a-manger

 

 

salleManger

 

 LA BIBLIOTHEQUE

 

L'ancienne "grande galerie", dans laquelle Mme de Staël donnait ses célèbres représentations théâtrales, a été transformée en bibliothèque vers 1818 par son fils. Les vitrines ont gardé leur décoration de style "retour d'Egypte"; elles sont surmontées de bustes d'hommes célèbres: Homère, Virgile, Diderot, etc.

Les livres de Necker et de Mme de Staël ont été légués par Auguste de Staël à son beau-frère, le duc de Broglie, et ont quitté Coppet en 1830. Ils constituent maintenant une partie de la belle bibliothèque du château de Broglie, en Normandie. Les volumes que l'on voit aujourd'hui ont appartenu au comte d'Haussonville et à son fils, tous deux prénommés Othenin et tous deux membres de l'Académie française.

Mme de Staël est présente dans cette pièce par un buste du sculpteur Tieck, et un portrait par le peintre genevois Massot, "Corinne devant le temple de Tivoli", d'après le grand portrait peint par Mme Vigée-Lebrun, "Corinne au Cap Misène", que Mme de Staël n'avait pas apprécié. Corinne est l'héroïne d'un des deux romans de Mme de Staël, Corinne et Delphine.

 

Galerie

 

 

StaelCorinne

 

 LE GRAND SALON

 

Les trois tapisseries d'Aubusson qui ornent les murs de leurs pastorales étaient déjà dans le château du temps de Necker.

Le mobilier doré, signé des meilleurs ébénistes français du XVIIIème était celui de Necker à Paris; il est recouvert de soieries lyonnaises. Une superbe commode de Boulle illumine la pièce de ses importants motifs en laiton, "à la Bérain", sur fond d'écaille rouge et d'ébène, et de ses bronzes dorés, tandis qu'une autre commode marquetée est l'oeuvre de Kemp, qui fut l'ébéniste de la reine Marie-Antoinette.

 

salon-au-chateau-de-coppet

 

 

26030508

 

 Grand-salon

 

LE SALON DES PORTRAITS

 

SalonPortrait 

 

 

Petit-salon

 

 

686180482 54b24c9981 z

 

 

broglie

Un très beau portrait de Louise de Broglie, comtesse d'Haussonville (petite-fille de Mme de Staël), réplique de celui par Ingres, surmonte un piano de l'époque, car elle avait été une des élèves de Chopin.

 

 

LA CHAMBRE DE MADAME DE STAEL

 

Le grand et superbe lit, un des plus beaux exemples de l'art des ébénistes français du XVIIIème, blanc et or, orné d'amours, de colombes, de flambeaux, symboles de l'amour, et d'étoiles symboles de la nuit ou de l'étoile polaire puisque son mari était suédois, est ce qui frappe immédiatement. Il est recouvert de soierie de Lyon ivoire, cerise et verte. 

Le bureau en acajou est celui de Necker. Il est surmonté d'un buste de Necker jeune, et d'un beau portrait de Mme Récamier, la belle des belles, l'amie fidèle de Mme de Staël, qui brava les interdits de Napoléon pour venir à Coppet, et fut pour cela frappée d'un ordre d'exil à Châlons-sur-Marne.

 

Chambre

 

 

Bureau

 

 

images

 Madame de Staël à côté du buste de son père, Jacques Necker. Huile sur toile de Firmin Massot

 

 

LA CHAMBRE DE MADAME RECAMIER

 

La tenture de la chambre est constituée de "papier de la Chine" importé par les vaisseaux de la Compagnie des Indes, dont Necker fut un des directeurs. Elle est à cette place depuis le milieu du XVIIIème et a conservé toute sa fraîcheur, montrant des oiseaux volant au milieu d'arbustes fleuris.

Un buste en marbre de Mme Récamier, par Chinard, rappelle l'illustre hôte de cet appartement, ainsi que sa harpe en bois sculpté et doré.

 

26030859

 

 

LA CUISINE

 

Cuisine

 

 

686178230 5d466b8ca5 z

 

 

685311069 eb3b727f3c z

 

 

coppet

 

 

 

Repost 0
Published by haute.decoration - dans décors historiques
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 10:38

 

visite d'une folie du XVIIIème siècle dans la campagne normande

 

folie XVIIIe 015

 

folie XVIIIe 002

 

folie XVIIIe 003

 

folie XVIIIe 004

 

folie XVIIIe 005

 

folie XVIIIe 007

 

folie XVIIIe 006

 

folie XVIIIe 008

 

folie XVIIIe 009

 

folie XVIIIe 011

 

folie XVIIIe 010

 

folie XVIIIe 013

 

folie XVIIIe 014

Repost 0
Published by haute.decoration - dans décors historiques
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:30

1 Coco Chanel by Horst (2211541725)

  Gabrielle Chanel photographiée par Horst

 

La grande créatrice de mode fut aussi une grande décoratrice comme en témoigne ses appartements rue Cambon et au Ritz.

 

2 window-shopping-july-2010-01

  le 31 rue Cambon

 

3 sap53 71l02706 p

 

4 Digitalizar0006k

 

5 Coco-Chanel-trade mark jacket in 1937

Gabrielle Chanel dans son entrée de l'appartement privé rue Cambon avec en toile de fond les célèbres paravents de Coromandel. Elle en aurait posséder jusqu'a trente-deux qu'elle n'hésitait pas à détourner de leur fonction première, elle en habillait les murs comme du papier peint ou les déployait pour srtucturer son espace intime.  

 

7 coco entrance

 

8 coco anteroom

  la fameuse bergère XVIIIème siècle utilisée pour la photographie de Horst

 

 

9 coco-chanels-apartment-the-coromandel-screens

 

   

9 ter chanel-31-rue-cambon-paris-18

 

9 quarto chanel-31-rue-cambon-paris-3

 

10 Appartement-Chanel-miroir-panneaux-de-Coromandel

 

11 test-1

  Autre symbole de Mademoiselle Chanel : le camélia, fleur d'une simplicité formelle et d'un blanc absolu. Il fait parti de l'univers intime de Chanel : ici parsemé sur les paravents de Coromandel, il apparait sur les lustres ou en bouquets de cristal de roche. Avant d'etre la fleur des demi-mondaines ou des dandys, le camélia fut synonyme de pureté et de longévité en Asie. Gabrielle Chanel en fit l'emblème de ses créations.

 

12 coco-chanel-30s-trend

 

13 10250-coco-chanel-vu-par-cecil-beaton

 

13 bis chanel-19

 

13 ter chanel-17

 

14 coco sittingroom

 

  Mélange caractéristique de Mademoiselle Chanel : les reliures précieuses, les bois dorés, les miroirs, le cristal de roche, le daim chamois, les fleurs blanches et biensur les paravents de Coromandel.

 

15 Appartement-Chanel-petit-salon

 

16 coco9

 

17 chanel-paris-shanghai-17 228

 

18 coco1

 

19 gggggggggggg

 

22 coco coffee table

  Le blé est aussi un symbole recurrent dans l'intimité de Chanel. Dans chaque pièce de l'appartement le blé se décline en bouquet de laiton, en bois doré sur la cheminée du salon, en gerbe d'or pour un pied de table ou encore en simple épi spécialement peint par Dali pour Mademoiselle.

 

22 bis chanel-09

  autre symbole le lion

 

24 coco-chanels-apartment-boxes

 

A la fin des années 20, Gabrielle Chanel vécut une histoire d'amour avec le duc de Westminster, l'homme le plus riche d'Angleterre. Il lui fit cadeau de trois boites en vermeil que Chanel posa sur la table de son salon rue Cambon. Ces trois boites cachent un intérieur en or. Grace au duc de Westminster, Coco Chanel découvre cette caractéristique du luxe qu'elle fera sienne : ce qui reste dissimulé, qui n'existe que pour soi. Cette notion de luxe trouve alors une résonnance immédiate dans la mode puisque selon Mademoiselle : "L'élégance, c'est que ce soit aussi beau à l'envers qu'à l'endroit."

 

25 sap53 71l01252 p

 

25 bis chanel-31-rue-cambon-paris-1

 

27 chanel-1728 coco8

 

29 coco11

 

30 coco-chanel 241

 

34 chanel-image02

 

35 ritz-paris

 

36 coco-chanel-suite

 

37 46626082

 

38 suite coco130

 

41 858

 

42 la-suite-coco-chanel-6324335rdkkx 1350

 

43 Coco%20Chanel%20Suite%20salle%20de%20bain%20303 j

 

 

44 52441 ritzvendome-une

  la vue sur la place Vendome des fenètres de la suite Coco Chanel au Ritz

 

 

45 chanel2

" La mode passe, le style reste "

Coco Chanel

Repost 0
Published by haute.decoration.over-blog.com - dans décors historiques
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 17:29

  HSVAU-0 1

 

 

Photo inventaire 9 065

En 1765 Louis Marie Colignon, architecte-entrepreneur du roi, acquiert divers terrains et maisons entre le faubourg Saint-Honoré et les Champs-Elysées. Il y élève une somptueuse demeure dans le nouveau style "grec" à la mode. En 1769 l'hotel est loué à vie au marquis pierre Maignart de La Vaupalière, premier sous-lieutenant de la première compagnie des mousquetaires du roi.  

 

26713

 

la vue sur jardin

 

4 vaupaliere

  l'entrée de l'hotel sur le faubourd Saint-Honoré, aujourd'hui disparue

 

 

Hotel de la vaupaliere32

le hall d'entrée avec son harmonieuse simplicité qui, selon la tradition des riches demeures de l'époque, prélude à l'éblouissement des salons de réceptions.

 

hotel-vaupaliere-4856633849

 

******** 

l'antichambre Dugourc :

cette salle est nommée en l'honneur de Jean Démosthène Dugourc, le brillant ornemaniste, qui signa les panneaux décoratifs insérés dans la boiserie : l'Air, la Terre, le Feu et l'Eau, Vénus ou la Coquetterie et Mars ou la Guerre. Ces compositions ont été diffusées par la gravure dès 1782. On appelait "grotesques" ces spirituelles arabesques, leurs modèles antiques ayant été découverts à Rome dans des endroits enfouis qui passaient alors pour des grottes.

 

Hotel de la vaupaliere36

 

hotel-vaupaliere-4856690debhotel-vaupaliere-48566759f1

 

Photo inventaire 9 001

  les bibliothèques basses sont de André Charles Boulle

 

Photo inventaire 9 002

 

Photo inventaire 9 003

  les sièges par l'ébéniste Jacob

 

Photo inventaire 9 007

 

hotel-vaupaliere-48566980a8

la signature de Dugourc en bas à droite

 

 

Photo inventaire 9 004

 

 

hotel-vaupaliere-4856694d28hotel-vaupaliere-4856696e74

 

 

 

Photo inventaire 9 005

 l'extraordinnaire lustre en bronze doré réalisé par antoine Ravrio vers 1810 sur des dessins de Dugourg

 

hotel-vaupaliere-4856655de9

 

 

hotel-vaupaliere-48566501a0

 

hotel-vaupaliere-4856661966

et partout dans la maison de la somptueuse passementerie, ici blanche brodée de fils d'or 

 

******** 

 

LE SALON DES CUIRS

 

Des panneaux de cuir gaufré sur fond d'or plongent le visiteur dans un exubérant paysage de cerisiers en fleurs et de roseaux où s'égayent des oiseaux chatoyants. Ils proviennent d'un grand paravent à dix feuilles classé monument historique, datant du milieu du XVIIIème siècle, époque où les chinoiseries connaissent une vogue sans précédent en Europe.

 

hotel-vaupaliere-4856728e5b  hotel-vaupaliere-485672080d

Photo inventaire 9 014

 

Photo inventaire 9 015

 

Cette exceptionnelle chinoiserie est éclairée par un lustre néo-Boulle en bronze ciselé et doré à vingt-quatre bras. Réalisé à Paris vers 1830-1840, il illustre le retour en grace des styles historiques français, encouragé par les grands chantiers de restauration menés par le roi Louis-Philippe, notamment à Versailles.

 

hotel-vaupaliere-4856764af4

Photo inventaire 9 016

 

 

 

Photo inventaire 9 010

 

extraordinnaire jardinière en bronze doré d'époque Empire

 

Photo inventaire 9 011

Photo inventaire 9 017Photo inventaire 9 018

 Photo inventaire 9 012

 

 Photo inventaire 9 013

 

 ********

 

 Le Salon Napoléon III

 

 Cette pièce reçut sous le Second Empire son opulent décor d'inspiration Louis XIV. La boiserie "à la capucine", en bois naturel richement sculpté et partiellement doré, s'inspire du salon de l'OEil-de-boeuf à Versailles.

 

Photo inventaire 9 025 

Photo inventaire 9 019

 

Photo inventaire 9 024

 

Photo inventaire 9 020 

La tenture brochée de style "byzantin" a été retissée à Lyon d'après un modèle de 1867.

 

Le lustre à trente-six lumières en bronze patiné attribué à Jean François Denière a été exécuté à Paris vers 1846-1848 pour le duc de Montpensier, cinquième fils du roi Louis-Philippe, de meme que le candélabre et la garniture de cheminée.

 

hotel-vaupaliere-4856758376 

hotel-vaupaliere-4856738aae

 

Photo inventaire 9 023 

Paire de bibliothèques de Charles Cressent en placage d'amarante, de satiné et ornée de bronzes dorés 

 

hotel-vaupaliere-48567454d5

 

hotel-vaupaliere-485675356b 

superbe cartel rocaille en bronze doré attribué à Cressent

    Photo inventaire 9 021

 

  Photo inventaire 9 022

 

  hotel-vaupaliere-48567686f3

 

  Photo inventaire 9 026

 

  

 

  ********

 

Le Grand Salon

 

Appelée au XVIIIème siècle salon de compagnie, cette pièce n'était pas achevée lorsque le marquis de La Vaupalière prit possession de l'hotel en 1769. Les boiseries actuelles blanc et or datent probablement du Second Empire. Elles réemploient des éléments anciens, comme les doubles pilastres cannelés.

 

Photo inventaire 9 036

 

Hotel de la vaupaliere43

 

hotel-vaupaliere-4856785953

 

Photo inventaire 9 027

 

hotel-vaupaliere-48567808db

 

Photo inventaire 9 031

 

Photo inventaire 9 032 

Chefs-d'oeuvre de l'ébéniste Nicolas Heurtaut, les sièges de bois doré couverts de tapisseries des Gobelins associent les courbes violonnées du rococo au néoclassicisme naissant.

 

Autre meuble exceptionnel, qui provient de la colllection du couturier Hubert de Givenchy, le pupitre à écrire debout, en marqueterie de fleurs et bronzes dorés, est de Joseph.

 

hotel-vaupaliere-48567912fa

 

Photo inventaire 9 035 

Sur la cheminée trone la pendule de Boulle et Martinot dite "au char d'Apollon"

 

Photo inventaire 9 028

 

hotel-vaupaliere-4856800ec2 

Le grand tapis de la Savonnerie aux armes royales date de la Restauration

 

 

hotel-vaupaliere-4856773c96

 

Photo inventaire 9 037

 

hotel-vaupaliere-485680549e

 

hotel-vaupaliere-4856801cd9

 

Photo inventaire 9 029

 

Photo inventaire 9 033

 

Photo inventaire 9 063

 

Photo inventaire 9 034

 

********

 

La Salle à Manger

 

Avec ses murs couverts de stucs, son grand tapis d'Aubusson à fond marron et ses portes encadrées de larges moulures de bois noirci, cette salle évoque une riche demeure des années 1860.

 

Photo inventaire 9 038

 

Photo inventaire 9 053

 

Photo inventaire 9 062 

Photo inventaire 9 039 

Photo inventaire 9 054

Les tonalités sombres de ce décor constituent un magnifique faire-valoir pour le somptueux lustre d'argent massif à dix-huit bras, oeuvre de Robert II Garrard, orfèvre de la Couronne britannique. Réalisé à Londres en 1837, ce monument d'inspiration rococo pèse plus de 72 kg.

 

hotel-vaupaliere-4856811d8c

 

hotel-vaupaliere-4856845bb0

 

Photo inventaire 9 051

 

Photo inventaire 9 056

 

Le grand buffet d'orfèvrerie peint par Alexandre François Desportes en 1727 surmonte une commode à vantaux d'Adam Weisweiler, d'une rigueur toute classique.

 

Photo inventaire 9 058

 

hotel-vaupaliere-4856825e32

 

hotel-vaupaliere-4856830262

 

 

Photo inventaire 9 057Photo inventaire 9 059

 

Photo inventaire 9 052

 

 

Photo inventaire 9 049

 

 Photo inventaire 9 040Photo inventaire 9 041

 

 Photo inventaire 9 046

 

 

 Photo inventaire 9 045

 

Photo inventaire 9 047

 

Photo inventaire 9 043

 

hotel-vaupaliere-4856833883

 

hotel-vaupaliere-4856839a20Photo inventaire 9 061

 

 

 

 

 

 

 

Merci pour votre visite

 

 

L'Hotel de La Vaupalière, classé monument historique, dont l'aménagement intérieur a été conçu par François Joseph Graf, est exceptionnellement ouvert au public pendant les Journées du Patrimoine.

 

Photo inventaire 9 066

Repost 0
Published by haute.decoration.over-blog.com - dans décors historiques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de haute.decoration.over-blog.com
  • Le blog de haute.decoration.over-blog.com
  • : Plaisir de découvrir et de partager des décors de reves dont certains aujourd'hui disparus.
  • Contact

philosophie

Poussez les portes de demeures privées, certaines aujourd'hui disparues, remplies d'atmosphère, de fantaisie, de nostalgie. Revez et surtout prenez quelques idées pour créer votre propre reve.

Recherche

Pages